[BD] Les BD de VTTnet


#1

Vous aimez le vélo et aussi la BD ? Vous êtes au bon endroit ! Partagez vos découvertes, vos coups de cœurs et vos coups de gueule sur vos lectures…

J’ai découvert cette BD il y a peu de temps. 3 potes agés (je l’ai faite ! :blush: ) , amis de très longue date se retrouvent pour l’enterrement de Lucette la femme d’un des trois…

S’en suit une sorte de road moovie jusqu’en Italie parce que Lucette a laissé une lettre au notaire et que…chuuuttt je ne dis rien, mais il y a du crime passionnel rétro-actif dans l’air… L’histoire tragi-comique de ces papys pleins de vie, les aller-retours entre les années 60 et les années 2000, la petite fille de Lucette qui amène son regard moderne (et le sacré caractère de sa grand mère) au milieu des certitudes “des vieux fourneaux”, en fait une BD émouvante et attachante, une comédie sociale bien menée, servi par un trait vif et agréable. Bonne nouvelle, “Les Vieux Fourneaux” se déclinera en plusieurs tomes.

C’est aussi édité chez Dargaud.


#2

c’est tentant !

ça me rappelle un film que je trouve culte : “les vieux d’la vieille” avec les papys qui partent à l’hospice à Gouyette …
“Deux septuagénaires très vivaces, Jean-Marie Pejat et Blaise Poulossière, grands amateurs de coups de gueule et de chopines de gros rouge, font la loi à Tioune, leur village du Bourbonnais. Quand un troisième compère, Baptiste Talon, revient au village après sa mise à la retraite de la SNCF, les trois vieux mènent grand tapage, mais Baptiste Talon apprend à ses compères son intention de se rendre à Gouyette, maison de retraite tenue par des religieuses, sur recommandation d’un ami, retraité de la SNCF, déjà installé là-bas. D’abord choqués à l’idée de s’enfermer dans un « bagne pour vieux », ses deux amis, à la suite de plusieurs incidents survenus dans le village, décident de l’accompagner. Refusant la voiture des bonnes sœurs, ils décident de s’y rendre à pied. Commence alors un voyage épique, émaillé de nombreux arrêts-boissons, qui les mènera finalement à leur but. Mais, voyant que les conditions promises sont très loin de la réalité, ils s’enfuient la nuit suivante afin de revenir chez eux. Et, à la suite des péripéties de leur voyage, c’est entre les gendarmes qu’ils reviennent au village. Cela suffira-t-il à les calmer ?” (article Wikipédia)


#3

Je connais bien ce film dont une parle, qui est un classique, mais mis à part que c’est une bande de 3 vieux potes, la comparaison s’arrête là. Dans les “vieux de la vieille” ce sont les tribulations de 3 pochtrons. Dans la BD on est dans la comédie sociale, les vieux ont gardé toute la verve de leurs luttes passés et une certaine hargne un peu anar’, il ty a un fond qui ne s’arréte pas à celui de la chopine :wink:


#4

Tu le mets de côté pour un coup où je passe par chez toi ?


#5

Pas de soucis, celui-là il a sa place toute trouvée dans la biblio il est pas prés de partir.

Dans un tout autre genre j’ai découvert dernièrement une série que je ne connaissais pas (on en a parlé au DaboNet ensemble), c’est Blast de Manu Larcenet. Puissant, prenant, un dessin fort en nN&B en parfaite adéquation avec le texte. Je n’ai pour l’instant lu que les 2 premiers tomes. On est bien loin du “retour à la terre” du même Larcenet, on serait là plustôt dans “le slence des agneaux”…Pour moi Blast est à mettre sur la même étagère qu’un “Maus”.


#6

C’est clair, ya le Larcenet “rigolo”, facile à lire (retour à la terre, les entremondes, nick oumouc,…)
et le Larcenet “dur” (le combat ordinaire, blast, on fera avec,…) à ne pas faire lire à tout le monde !


#7

Mon petit coup de coeur du moment, pour un roman graphique, de Paco Roca, "La Nueve". L’histoire de ces jeunes républicains Espagnols qui vont fuir dans des circonstances diffiles par les derniers bateaux quittant une Espagne devenue totalement Franquiste. Un Exodus avant l’heure. Accostant en afrique, il vont être internés dans des camps avant de devoir construire en véritables esclave la transaharienne, sous le contrôle de l’Axe dans un empire Français devenu Vichiste. Lors du débarquement allié en Afrique ces hommes se battrons dans les corps francs avant de former la 9eme compagnie de la 2eme DB, la Nueve, qui avait pour particularité d’arborer le drapeau des républicains Espagnol sur ses blindés. Ce sont ces hommes qui entreront en 1er dans Paris. Sur plus de 300 pages, on suit leur folle aventure, 8 années du port d’Alicante à la Préfecture de Paris. Un beau bouquin, une histoire forte et pas trés connue, raconté avec humour parfois et beaucoup d’émotion.


#8

Une BD que j’aimerais bien lire. Cela me rappelle un peu l’histoire de mes grand parent: Apres avoir resister contre Franco, il se sont refigiés en france. Les femmes on été envoyée dans un camp a Rennes, les homme parqués sur une plage près de la frontière espagnole. Ils sont parti a pieds, pour Rennes, histoire de rejoindre les femmes. Ils ne sont sorti du camp de Rennes (ou mon perd et né) qu’en 1948.


#9

Dans la BD, il est expliqué qu’au moment de la déclaration de guerre une partie des hommes internés ont eu le choix entre s’engager dans la Légion ou d’être explulsé en Espagne. Puis lors du régime Vichiste des familles entières partirent de leur plein gré et furent massacrés par le régime de Franco.

Si le sujet t’intéresse il y a la BD de Gimenez, "Les temps mauvais" une trés longue chronique sur la vie à Madrid avant, pendant et après le siège de la ville. Un éclairage parfois cru, sur le quotidien des assiégés et sur cette guerre civile. Gimenez est connu en France pour sa BD, Paracuelos, paru en planches dans Fluide Glacial, des petites histoires sur la vie dans un orphelinat tenue par la Phalange Espagnole.

Autre BD, Espana la Vida, mais j’avais moins aimé :


#10

En ce moment dans les bacs :

Le tome 2 des Vieux Fourneaux. On sort ses pantoufles, le tome 1 que l’on relit avant d’attaquer le nouveau.

Sortie demain du T2 de Stallag IIB de Tardy. Le T1 avait été un carton mérité. Un gros gros boulot historique et surtout un témoignage de 1ere mains, celui du papa de Tardy. Les livres sont écrit à 4 mains, avec d’un coté le texte que le père de Tardy lui avait laissé et de l’autre celui de son fils. Un dialogue entre le pére et le fils au delà du temps et de l’espace. C’est probablement à mon sens le meilleurs bouquin de Tardy.


#11

A force de lire RL en causer de cette BD, j’ai fini par me la procurer.
Et je ne suis pas déçu. Dialogue savoureux, quelque tirades somptueuses. Des personnages aux personnalités contrastées plein de défauts et d’énormes qualités qui les rendent attachant. Cela sent le scénario taillé pour une comédie dramatique, mais qui profite bien de sa mise en BD. Le dessin, parfois perfectible, est sans pitié pour les petits vieux.
Bref, j’ai adoré, et j’attends que le budget BD se refasse une beauté pour m’équiper du tome 2.


#12

J’étais très impatient de lire la suite de Stallag IIB de Tardy. On y retrouve le père de Tardi à l’endroit où nous l’avions laissé à la fin du T1. En quittant le camp pour un voyage de 5 mois à pied, René Tardi va compulser méthodiquement dans de petits carnets toutes les étapes de ce périple, dans un Reich à l’agonie, tenaillé entre l’Armée Rouge et les Anglo-Américain, ravagé par la guerre et les nazis qui traquent déserteurs et défaitistes. L’auteur a gardé la méthode utilisé dans le T1, un dialogue imaginaire entre le père et son fils qui n’est pas encore né.

Il en profite pour glisser de nombreuses explications sur le conflit, mettant en lumière la grande et la petite histoire. Le livre tout en N&B, suit cette marche qui ressemble à une exode absurde, où parfois apparaissent de petites taches de couleurs, jusqu’au moment où les prisonniers signent leur délivrance dans une explosion rouge sang. Comme le 1er volume, cet album est remarquable, tant par la forme, le travail du dessin et la recherche documentaire, que par le fond ou se mêlent l’histoire d’un homme, de son fils et celle, méconnue, des P.G. de la 2eme guerre mondiale.+

Pour ceux que cela intéresse, Jacques Tardy a réalisé durant l’hiver 2013, un voyage de repérage sur le trajet exact qu’avait effectué son père durant l’hiver 45. On peu le retrouver sur ce site qui publiera toute les semaines une nouvelle étape :

http://cargocollective.com/Tardi-Stalag-IIB

En suivant les liens qui sont donnés sur ce site, je suis tombé sur des photos prises à l’époque par le HCR lors de ses inspections. Je suis retombé dans la BD tant le travai de Tardi est bien documenté.


#13

je suis interressé à l’occasion pour lire ces 2 tomes!
dans le meme style Exil : bedetheque.com/BD-Exil-189158.html# histoire basé sur le passé du grand père du dessinateur. je ne l’ai pas encore acheté mais dès que j’en aurai l’occasion je me procurerai cette BD (je connais un peu le dessinateur JM Minguez)

Séb’


#14

j’avais bien aimé “les pilules bleues”, histoire(s) d’un couple qui doit vivre avec la séropositivé, ses angoisses, les enfants,…

Une adaptation télé est sortie sur arte, toute aussi belle (et dure parfois)
Guillaume Gouix et Florence Loiret-Caille y interprètent parfaitement les 2 principaux protagonistes de la BD.


#15

Je dois la lecture de ce bouquin à Seb’ . Les auteurs, frangins, l’un photographe, l’autre dessinateur, vont faire un voyage dans le pole sud, azimut Concordia, la base la plus proche du pole sud. A l’heure des ordinateurs et de l’hyper technologie, le voyage reste une véritable aventure. on y découvre aussi le travail de ces scientifiques sur le 5me continent travaillant dans des conditions dantesques, par moins 50°C, dans un endroit où la température peu descendre à -85°C avec des vents à plus de 300Kmh, au point que la NASA et l’ASE y viennent tester les conditions de vies en vue de voyages interplanétaires ou d’implantation sur la lune.

C’est un roman graphique et photographique trés attachant, le journal d’un voyage extraordinaire, avec nombre de retours en arrière et de référence à l’histoire, aux explorations précédentes, où 'on voit que même au XXIeme siècle l’aventure reste majuscule. Petit bonus pour moi, l’épisode du “raid” , la partie du récit qui est consacré au voyage terrestre, un voyage dont j’ignorai la réalité et que j’avais pourtant rêvé étant petit. J’en avait imaginé les 1000 contours, les deux frangins lui donnent réalité; un claque pour moi.

Le livre, grand format est fort beau, l’impression et le papier de qualité et le graphisme absolument superbe, portant et donnant relief au récit. Le dessinateur travaille en mélangeant le monochrome sépia ou n&b et la couleur. Le travail graphique se mélange avec les photos de son frangin. De la trés belle ouvrage.

Si vous rêvez en regardant un planisphére, je vous conseille la lecture de ce bouquin. 1000 mercis à Seb’ de m’avoir fait découvrir ce récit.


#16

De rien! :wink:
Seb’


#17

Coincidence, je l’ai emprunte la semaine derniere un peu au hasard.
Une bonne raison pour le lire au plus tot du coup…

En passant je viens de lire le T1 de Undertaker, bd-western sortie il.y a peu (Dorison au scenario pour ceux a qui ca parle)
Tres bien faite, a lire…

Dans d’autres registres : L’ambulance 13, Matteo, Les gens honnetes, Blue note, L’homme qui n’aimait pas les armes a feu.


#18

Oh ça m’a l’air trés beau tout ça !


#19

Clairement, le coté pictural ça doit te parler :wink:

Dans un tout autre genre je viens de commencer le dernier Taniguchi, “L’homme qui marche” (en fait c’est une réédition avec des planches colorisés en plus). On est dans l’univers particulier de Jirô Taniguchi et ce bouquin est une petite bulle de calme dans un monde de brutes. Une série de petites histoires, simples, banales, des petits moments impromptus de la vie, source d’un instant de bonheur. Des petits riens qui font que la vie peut être belle, pour qui veut le voir. Tout cela dans l’univers graphique du Japonais, très clair, précis et marqué par l’école japonaise de la BD. Ce bouquin a un coté contemplatif, reposant.

Et pour qui a envie de découvrir ce maitre de la BD Japonaise, à lire de lui, le cultissime “Quartier Lointain”. L’histoire d’un homme qui s’endort dans un train de retour de son bureau et se retrouve projeté 30 ans en arrière, alors qu’il n’a que 14ans mais avec ses souvenirs d’adulte. Il sait donc que son père va un jour partir et abandonner sa famille…

Loin des poncifs sur les mangas, ce bouquin est une histoire extraordinaire, une belle réflexion sur l’enfance et le devenir et une référence chez beaucoup d’amateur de BD japonaises. Un trés beau roman graphique.

A noter qu’un film Français en a été tiré, qui respecte beaucoup l’histoire du bouquin. On y perd l’intérêt de découvrir le quotidien du pays du soleil levant, mais on y gagne des images magnifique du pays de Gex. Une reconstitution précise d’une petite ville de l’Ain dans les années 60. Le rythme du film est très très proche de ce que l’on ressent à la lecture de la BD.


#20

Ah Mateo c’est vraiment bien. J’ai lu le 1er tome et il faudrait que je me procure les suivants.