Born To Ride 2017 et 2019 aussi


#61

C’est difficile de prévoir. Je vais enchaîner des journées d’environ 250km et des dénivelés de dingo ! Pas à l’abri d’une grosse défaillance.
Je publierai des infos ici lorsque j’arriverai en France, ce sera un peu plus précis à ce moment là.


#62

Je t’ai écrit en mp. Ok pour attendre ton arrivée en France.
Good Luck !


#63

Yep,

pour la trajet de samedi, je viens de voir que ca fera quand même autour des 250km, mais 3000m de D+ „seulement“, plutôt roulant à part la grosse montée de la fin.
Mieux vaut en effet dormir un peu pour espérer atteindre Brig avant la nuit.

Je leur ai demandé, pas de souci pour arriver tard et repartir avant 6h.
Faudra juste leur passer un coup de fil si on arrive après 23h.


#64

Oh purée on a roulé de 9h à 23h00, à 21h30 j’étais à 2160m d’altitude

Envoyé de mon D5803 en utilisant Tapatalk


#65

Hotel en Allemagne puis lac de Lunger
n.


#66

Hein ? C’est monstrueux !!! :scream:

Fab’


#67

La vache je lis bien ???


#68

Laurent vient d’arriver au Check Point du Montarone.
500km depuis vendredi 22h.

facebook.com/chilkootcdp/?hc_ref=NEWSFEED
strava.com/routes/5971110

Je vous fais un CR tour de suite, je suis rentré aujourd’hui, une journée de roulage m’a suffit :laughing:


#69

Super Biz’ et merci pour ces dernières news.
Tu sens Laurent comment, ça va bien ?


#70

Il était parti sur un rythme de départ trop ambitieux après la quasi nuit blanche de vendredi à samedi, mais il a du foncier, il lui reste 3 jours pour 700km ça va aller. Le Ventoux par Sault c’est une formalité par rapport aux 2 premiers col.
J’espère qu’il ne va pas faire trop chaud demain et mercredi pour les portions en plaine.


#71

Je vais normalement aller à Sault. Mais je ne roulerai pas avec lui !! :blush:
Super si tu l’as senti en forme.


#72

Bon alors ce CR, pas encore eu le temps de faire celui de la Transve, mais celle là faut que je vous la raconte vite…

Vendredi 21h45, j’arrive à l’hôtel au Sud de l’Allemagne, près de la frontière suisse, je bois une bière en terrasse, tranquille.
A 22h Laurent s’élance avec 120 autres furieux pour traverser la plaine d’Alsace de nuit avant d’arriver au Mont Blauen à 1100m d’altitude avant 8h du matin.

A 3h mon réveil sonne, je monte les 15km en voiture aller l’accueillir au sommet. Dans la descente je crois les premiers qui redescentent. Je passerait presque 2h en haut à attendre le passage de Lolo aux premières lueurs du jour. Je lui file un panaché bienvenu, puis lui ouvre la voie en caisse, oui j’ai fait ma chochotte.
Le temps de prendre sa douche, et on se couche à 6h du matin, réveil à 9h, mais à 8h plus personne n’arrive à dormir.
Petit dej bourratif, fromage, pain complet, saucisson et céréales au chocolat, faut bien ça, départ 9h15.

Le début est super joli, on suit la trace sur le gps, c’est très boisé, superbe piste cyclable dans une réserve naturelle le long du Rhin encore bien sauvage par rapport à chez moi, j’adore.
Arrêt boulangerie en Allemagne pour pas se faire racketter par les suisses, on franchit la frontière sur un magnifique pont en bois.

Puis une interminable traversée de la campagne suisse, avec des pistes cyclables bienvenues, un peu de circulation, le soleil qui commence à chauffer. Pas la plus belle partie du parcours, mais pas désagréable, petits cols, joli.
Par contre Lolo est un peu à la peine dans les montées, forcément après ce qu’il a dans les pattes.

Vers 14h on fait un point, on décide de se séparer. Après Même pas 90km en 4H30, il y a un vrai risque de ne pas arriver à l’hôtel à Brig avant la fermeture de la réception.
Je pars donc seul en mettant les watts, je me sens encore bien, long faux plat descendant qui fait du bien.
La traversée de Luzern est bien longue, il fait chaud, pas mal de feux rouges qui cassent le rythme.
Pas mécontent de sortir, on longe un lac avec les montagnes en fond, ça respire vraiment la Suisse, c’est beau, presque envie de piquer une tête.

Je prends un peu les relais avec 2 autres concurrents qui avancent à mon rythme, agréable de ne pas être seul sur le plat.
Mais au bout d’un moment j’ai trop chaud, les laisse pour me rafraîchir et faire le plein d’eau.

Ensuite premier gros col de la journée, le Brünigpass, 500m de D+. Je suis une piste cyclable plutôt que la route, un panneau indique une pente de 12% pendant 2km, pas grave j’ai l’habitude de pousser mon vélo. Après un peu de gravier pour contourner le lac de Lungern, pas désagréable, au moins je suis à l’ombre.


La fin du col sur la route est plus embêtant, soleil, motos, voitures, c’est très fréquenté, heureusement pas très long.

6h, Meiringen. Je retrouve mes 2 potes à dévaliser le supermarché. Il s’agit de prendre des provisions pour la soirée, passé 22h de l’autre côté on ne trouvera plus rien.

C’est donc bien chargé que je m’attaque à la raison pour laquelle je suis venu, le col du Grimsel, 2160m.
Un panneau indique 27km de montée pour 1650m de D+.
Va falloir prendre son temps.
Heureusement le début me convient assez bien, après des portions raides il y a souvent un replat pour récupérer, ça se monte assez bien malgré la fatigue. Beaux sous-bois, des tunnels, et au fond des montagnes enneigées, une sorte de best of des alpes.
Plus trop de circulation aussi.
Je dépasse quelques gars en perdition, je m’en sors pas trop mal, normal vu ce qu’ils ont roulé.
Mais alors c’est long… Arrivé au premier lac de de retenue je me dit que j’y suis presque, mais il reste 450m de d+.
Je finis un paquet de haribo, et je serre les dents.

La fin se fait dans un environnement glaciaire, les blocs de rocher dans les ruisseaux sont monstrueux, il y a des murs de neige sur les côtés, on ne voit plus que les nuages qui entourent le sommet.

Début de crampes, je n’ai pas assez bu et le 34x 26 est trop juste pour ce genre de trips. Je marche de temps en temps, frustrant mais j’en ai besoin.

21h30, je finis par arriver au sommet, on se retrouve à 3.
Point navigation, je pensais y être bientôt, mais j’oubliais qu’il reste encore 50km jusque Brig.

Début bien raides, superbes lacets, fond de carte postale avec la route qui monte au Furkapass en face.

Je réussis à crever à la tombée la nuit, ça passe encore tout juste sans frontale pour réparer.

Long plat de 15km au milieu de la descente, je dois repasser sur le petit plateau sur des petits coups de culs, c’est long, tout est fermé.
Je dois encore m’arrêter à un dernier cimetière prendre de l’eau, je suis complètement sec.

Donc voilà, à 23h30 j’arrive enfin à Brig et je suis trop heureux de m’affaler dans mon lit comme un sac…

Lolo finalement a décidé de dormir à l’auberge sur le Grimsel à 23h, quitte à faire la descente à la fraîche le matin.
Il ne fais pas très froid, ça a dû passer.

Petit dej à 7h30, je crois d’autres concurrents, je pensais qu’ils seraient déjà partis, la journée d’hier a bien laissé des traces.
C’est des malades :mrgreen: 8)


#73

Merci pour ce retour ! Très beau récit !


#74

Excellent CR, vivement de nouvelles fraîches de Lolo ! En effet c’est des malades !:wink:


#75

Eh bé ! Bravo Biz’ ! encore un truc de guerrier … quand on te lit et qu’on pense à ce que fait Lolo … :open_mouth:


#76

[quote=“sebastien t”]Excellent CR, vivement de nouvelles fraîches de Lolo ! En effet c’est des malades !:wink:

[/quote]

Fraîches, ce n’est pas le mot qu me vient en tête lorsque je lis les statuts de Lolo sur FB.


#77

Salut tout le monde
J’ai passé la frontière et je dors à Briançon.
Demain, je termine par le ventoux donc je continuerai vers l’ouest pour m’avancer vers l’aigoual.
Je mange bien et ça passe pas trop mal.
Mais c’est quand même un truc de dingue
Le premier a dormi 30minutes depuis le départ d’après les organisateurs


#78

Sacré programme, Lolo !!!


#79

Félicitation pour ce que tu as fait et bon courage pour finir !!!
Vivement ton cr!

Seb’


#80

Vas-y Lolo !!! t’es l’meilleur ! :smiley: