Endurando des Salamandres


#1

https://www.facebook.com/events/1880324535546545/?fref=ts

C’était soldout depuis février.
Je m’étais inscrit sur la liste d’attente sans trop y croire.
Et puis voilà. Je suis repêché.

Une rando en mode enduro à portée de vélo de chez moi.
Avec le Levo qui passe partout aussi bien que partout cela aurait été un péché de ne pas en être.

Et deux jours ensuite pour récupérer et venir vous raconter ça à Bohan.


#2

J’avais raté la première édition de l’Endurando des Salamandres l’année dernière et je m’étais promis de ne pas louper la seconde. Las le vol de mon Dad cet hiver ayant ruiné tout projet vttesque j’avais un peu oublié l’affaire et une fois rééquipé avec le Levo les inscriptions étaient déjà clôturées. C’était toutefois compter sans le dynamisme du club organisateur qui, vu l’engouement pour l’événement ont, durant les semaines qui ont suivi, organisé une repêchage via une liste d’attente. Je m’y étais finalement inscrit sans trop y croire. Mais quinze jours avant le rendez-vous, j’ai eu l’immense plaisir de recevoir un mail libérateur. J’étais retenu. Je pouvais y aller. Ouaiiis…

L’endurando est un concept récent. En tous cas pour moi, c’était une première. Le principe est de construire un parcours enduro. Soit des itinéraires de liaison qui conduisent à des tronçons descendants. Ces descentes nommées “spéciales” constituent l’objectif de l’événement et sont préparées aux petits oignons par l’organisateur. Toutefois il n’y a pas de chrono. C’est de la promenade. On roule librement autant sur les liaisons que sur les spéciales.

Le rendez-vous est à Couvin au Forges de Pernelle. Un domaine fabuleux qui a lui seul vaut le détour. En y accédant au petit matin avec le soleil qui chasse les dernière brumes l’ambiance est accueillante. Quasi féérique.


Noémie est avec moi. Elle enrage de ne pouvoir participer. Elle voulait quand même voir. Elle a pris son vélo de route histoire de rentrer sans devoir m’attendre. De sorte que lorsque je sors son Merkx du coffre de la fourgonnette au milieu des vélos d’enduro, on devine les questionnement dans le regard de nos voisins. On entretient un peu l’illusion en prétendant participer en gravel. Le canular ne tient toutefois pas dix secondes.

Rapide passage aux inscriptions pour retirer l’incontournable plaque de cadre et en route pour l’endurando. Le sac à dos est bien chargé avec les protections. Pour l’occasion j’ai ressorti mon attirail des années 90. Le matos est bien défraichi comparé à ce dont sont équipés mes petits camarades de rando. C’est certain, je ne gagnerai pas le premier prix du look.

La sortie est découpées en trois boucles selon le versant sur lequel les spéciales sont tracées. Toutes reviennent ramènent vers un point central où est installé un copieux ravitaillement riche de sucreries, de fruits, de biscuits salés, et de bière de Chimay. Tout cela au milieu de tables, de pelouses et en bordure d’étangs. De quoi s’offrir un joli moment de détente entre deux boucles.


La première boucle, notées bleue nous emmène par la route sur le hauteurs entre Couvin et Petigny pour deux spéciales de mise en jambes qui dévalent le versant de la vallée du Ry de Rome. Au départ de chaque spéciale on retrouve des membres du Team Salamandre toujours disponibles pour informer et discuter un peu. Chaque départ est ponctué d’une fiche explicative fort bien écrite qui fait la présentation colorée du tronçon. Dans la pente, j’évite systématiquement les quelques petits sauts aménagés. Je les gardes pour une prochaine fois. La sente virevolte entre les arbres, la pente s’accentue, c’est amusant comme tout. Et déjà des photographes. Cela promet.


La seconde boucle est notée rouge. Elle nous entraine dans un longue liaison conduisant vers le village de Pesche. On s’engage sur le lieu-dit « le fond de l’eau » suivant le cours de la rivière l’eau Noire que l’on quitte bientôt pour en rejoindre les hauteurs. Une fois sur le plateau, la forêt fait place à un environnement rural. Le paysage s’ouvre et le regard porte loin. J’y reconnais notamment l’abbaye de Scourmont à laquelle doit tant le patrimoine brassicole national. Arrive le village de Pesche. Le parcours tourne à gauche. Retour en sous-bois et donc aux affaires.

Cette fois nous avons sommes en présence de véritable pistes longuement aménagées. Le terrain est remodelé, les sauts étudiés les appuis en virages sont travaillés et la piste est agrémentée de quelques modules en bois façon northshore. Deux descentes très amusantes qu’il conviendrait de refaire plusieurs fois pour profiter pleinement de ses aménagements. Le retour nous emmène vers la troisième spéciale de cette boucle. Une descente dite de transition, mais qui offrira ses quelques moment d’émotion lorsque le sentier se fera bigrement pentu. Puis nous suivons le fond de la vallée par un single enchanteur longeant la rivière.

Passage par le point de ravitaillement pour recharger les batteries. Et à propos de batterie, je m’inquiète un peu de celle du vélo. Au moment de partir je craignais manquer d’autonomie pour tout boucler et je m’étais fixé 70% de jus restant pour entamer la dernière boucle. Vu que cette troisième boucle est à la fois la plus longue et celle au dénivelé le plus important je voulais être certain de pouvoir la terminer. Un coup d’œil à l’application sur le smartphone me dit que j’en suis à 67%. On ne va pas pinailler pour 3%. On y va.

Cette inquiétude sera vite balayée. En effet je comprends vite que la troisième boucle est locale. Les quatre spéciales qui en font partie aboutissent toutes à peu près au même endroit qui est aussi le point de départ de cette journée. Pour accéder au départ des spéciales qui partent toutes à peu près du même endroit, il faut d’abord subir un petit portage par un escalier en pierre. Puis un sentier nous conduit sur une route goudronnée. Une grimpette qu’il faudra subir quatre fois.


Ce coups-ci ça ne rigole plus. Comme l’explique le panneau indicatif, nous sommes sur la boucle noire, et il n’y aura pas toujours de chiken-ways pour éluder les difficultés. Et des difficultés il y en a. Les sauts ne sont plus tous évitables. Les difficultés se combinent pour pimenter l’exercice. Pierriers, woops, drops, épingles, virages serrés et même un wallride. C’est terriblement amusant, mais parfois je titille mes limites. J’y regarde à deux fois avant de me lancer sur certaines zones en priant je ne sais trop qui de bien vouloir me laisser passer. Heureusement le vélo est dans son élément et prend à sa charge un bonne partie du travail. Tout cela se termine par un drop vertigineux dans lequel je me lance en débranchant mon dernier neurone.

Voila. C’est terminé. Pas de chute. Pas de bobo. Pas même une égratignure. La promesse faite à Axelle est tenue. Je peux rentrer confiant. Retour au paddock pour ranger le vélo dans la fourgonnette. Et je retourne à l’accueil pour profiter encore de la douceur du lieu en m’offrant une séance post rando que ne renierait pas Fred02.

Au bilan le principe de l’endurando est un concept bigrement plaisant. Contrairement à une randonnée VTT classique, tout le monde roule dans une totale décontraction. Les bikers papotent durant les montées, ils papotent au départ et à l’arrivée des spéciales. Ce n’est qu’au moment de parcourir les descentes que la tension monte d’un cran et que chacun entre dans sa bulle et descend à son rythme. Les membres du team Salamandre ont de leur côté déployé beaucoup d’énergie pour préparer des parcours épatants et encadrer admirablement cette journée. Le cadre des Forges de Pernelle d’où est organisé l’événement y ajoute une jolie touche bucolique. Enfin le soleil généreux a été la cerise de ce délicieux et copieux gâteau.

Un énorme merci aux gars du Team Salamandre. Ils peuvent se vanter d’avoir créé un rendez-vous qui deviendra vite majeur dans le calendrier de bien des vttistes. A l’année prochaine. C’est promis.

  • La page Facebook du [url=https://www.facebook.com/search/top/?q=team%20salamandre]Team Salamandre[/url]
  • [url=https://www.facebook.com/OttoFokusPictures/]La page Facebook de Otto FokÜs[/url] auquel j'emprunte une photo
  • Les site des [url=http://www.forgesdepernelle.be/]forges de Pernelle[/url] qui méritent bien d'être cités

#3

Whaou bravo roudou ça as dû être un vrai régal :heart_eyes: (pour tout :relaxed:)
Merci de nous avoir fait partager, je ne savais même pas qu’il se passait ça pas loin de chez moi.


#4

Miam, miam, comme programme !


#5

sympa comme balade ! joli CR!

Séb’


#6

Le compte-rendu en image de leur événement par le Team Salamandre


#7

Et une compilation de toutes les spéciales en caméra embarquée par un particpant


#8

J’ai mon pote Seb qui a roulé avec nous à Oignies qui y était aussi, il fait bcp d’enduro, il me met toujours la pression dans les descentes quand il est pas devant moi , un peu comme Cédirc :wink:
Sinon le prochain qu’il va faire c’est celui de la Semois qui se déroule près de Bohan.