Mbf :" l'image du vtt dans le grand public" article


#1

Voici un article intéressant sur la vison donnée par les médias numériques de notre sport.

Initiative personnel: je vous invite fortement à vous renseigner sur la mbf et à éventuellement adhèrer pour soutenir l’organisation. La mbf est habituée à traiter les sujets d’interdiction et à traiter la communication au sujet de notre sport

À mon sens il est souhaitable de s’organiser étant donné les mutations actuelles, notamment l’apparition massive de vttae sur les sentiers, il est grand temps de soutenir la structure qui militent pour nos libertés
mbf-france.fr/actionnationaleint … o.facebook


#2

Yep. J’y ai adhéré cette année pour voir. C’est pas mal, quelques rendez vous intéressants et une sensibilisation nécessaire.
Ils organisent d’ailleurs toute une opération pas loin de chez moi, vers le roc d’azur, pour tracer des chemins VTT et sensibiliser.


#3

Parfait !! Et ça ne m’étonnes pas de toi ! En tout cas je trouve leurs actions super. Je suis adhérent depuis pas mal de temps

Envoyé de mon E6653 en utilisant Tapatalk


#4

Ce qu’il y a de bien, c’est qu’ils essaient de toucher les jeunes. Il y a une colline prêt de chez moi dans laquelle a été tracé plein de pistes type DH. C’était un peu à l’abandon jusqu’à ce que la MBF aide à remettre en état le coin avec une opération sur un WE. Tous les jeunes du coin ont dû participer. Le résultat est propre et les indications concernent autant les vttistes que les promeneurs. Ca profite à tout le monde.


#5

J’ai été hier soir à une réunion de la MBF, à Cogolin. Le sujet étant l’ouverture d’une antenne locale sur l’Estérel et les Maures. Il n’y a que 5 antennes locales de la MBF en France, ce serait la 6eme, et c’est un but de la MBF : il semble compliqué d’être entendu sans avoir de point d’attache local.
Une 30 aine de personnes étaient présentes, dont Steph Glo, un des fondateurs de la MBF, gérant de Tribe Sport Groupe et créateur des Enduros Series, Sabrina Jonnier, et les représentants des clubs VTT les plus actifs du coin.
Le but de la MBF aujourd’hui est de se faire connaitre encore plus, avec plus d’adhérents (2000 aujourd’hui, dont VTTnet, qui compte pour 1, donc si y’a des motivés pour adhérer, hésitez pas), et des représentations locales, pour avoir du poids dans les discussions. Pour l’exemple ici, le massif de l’Estérel est désormais interdit aux VTTistes sur pas mal d’endroits. En fait pas vraiment une interdiction officielle mais des panneaux “interdit aux vtt” ont été apposés un peu partout, par l’ONF ou Natura 2000 si j’ai bien compris. Même si cela n’a pas de valeur légale, les randonneurs et chasseurs en profitent pour pourrir les vttistes. La raison de ce problème vient du fait que les communautés locales consultent, pour l’aménagement d’une zone, les acteurs locaux influents, qui sont les chasseurs et les marcheurs, parce que là depuis longtemps, organisés et nombreux. Donc, le but de la MBF est, entre autre, d’être suffisamment connue et présente, localement, pour que les VTTistes ne soient pas oubliés dans les décisions d’aménagements.

On a parlé de pas mal de choses intéressantes, dont, en vrac :

  • les règlementations sur la propriété privée. La MBF propose des aides et de la formation sur ces sujets. Notamment, je ne savais pas que toute propriété privée restait accessible à tous, s’il n’y a pas un signalement de l’interdiction tous les 50m, et que la loi indiquant qu’un accident lié à une activité sportive chez un particulier n’est plus sous la responsabilité du propriétaire (depuis quelques mois, ce sont les escaladeurs qui ont fait changer cela, et ça profite à toutes les activités sportives).
  • d’enduro Moto, Fred Glo étant un (ancien) pratiquant, qui a vu s’effondrer cette activité parce qu’elle n’a pas su s’organiser et se responsabiliser. Et qui ne souhaite pas que le VTT suive le même chemin, surtout avec l’arrivée de l’électrique. Dans les pays anglo saxons, la cohabitation se fait très bien entre moto, vélo, marcheurs, mais dans ces pays, quand on te dit de monter par là et de descendre par là, les gens le font. Pas comme les français :P. Et les motos enduro roulent avec des pneus trial, ce qui dégrade beaucoup moins les chemins. En France, personne.
  • des deux we de “Take Care of your Trails”, journées de Shape les 7 et 8 avril et les 5 et 6 mai 2018. Concours européen récompensant le pays le plus actif. C’est pour la forme et se faire connaitre. Le WE du 5 et 6 Mai, ils vont essayer d’organiser quelques actions sur l’Estérel ou le Var pour faire office, si possible, d’acte fondateur de l’antenne locale. Par chez moi, le site FFC de la Maunière a été ravagé par la neige, et le massif est complètement interdit, trop de risques. Il y a du boulot pour ramasser les arbres aux sols, mais il y a trop de danger avec ce qui reste dans les arbres et qui peut tomber. Mais ce serait l’occasion de voir avec la municipalité pour faire le travail officiellement et le faire connaitre.
  • de la création de l’antenne locale, donc, qui sera délimitée sur la zone du Var et de l’Estérel. Il faut 3 personnes bénévoles pour que ça fonctionne. Il en manquait une hier soir, mais il y a des motivés.

On parlé aussi :

  • de VTTAE. Bon, moi j’en vois pas beaucoup, mais visiblement, y’en a… partout et vraiment de plus en plus.
  • d’un certain Cyril et d’un certain Patrick à Figanières ( :stuck_out_tongue: )
  • de VTTNet un peu, je me suis permis, et… certains connaissaient :slight_smile:
  • de semi-rigide, y’a une tendance au retour au tape cul, dans le sud en tout cas.
  • de l’Italie et de Finale Ligure, qui est un exemple d’attrait touristique par le VTT (un peu extrème), mais qui est une base de motivation pour les municipalités, peut-être. (Le Roc d’azur est une des plus grosses manifestations mondiale du VTT, ce qui ne suffit pas à pousser les municipalités du coin à considérer le VTT comme une activité touristique intéressante, alors que le coin est roulable toute l’année, en plus d’être magnifique)

Bref, intéressant, et en effet peut-être préoccupant avec l’arrivée du VTTAE et du monde qui va avec sur les chemins : si rien n’est mieux organisé, les interdictions risquent de fleurir…

A titre perso, je n’ai pas le temps de m’investir beaucoup, je me suis juste annoncé comme disponible pour aider et pour accompagner le représentant local de la MBF s’il doit venir rencontrer les gens sur Hyères.

Sinon, c’était dans les locaux de Tribe Sport Groupe, j’étais assis au bureau du responsable des ventes, avec un carton plein de pédaliers Race Face à mes pieds… la tentation fût grande :).


#6

Super info(s), merci du partage.

Fab’


#7

Sinon pour compléter et pour information, VTTnet est adhérant à la MBF.


#8

Oui, tout à fait. Et VTTNet compte pour 1 adhérent (personne morale). Ce qui n’empêche donc pas d’adhérer à titre perso également si on se sent concerné.


#9

A ce sujet, le TCOYT s’est terminé le we précédent, avec en vainqueur la France, avec la MBF qui a chapeauté et motivé ces entretiens de sentiers…

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FIMBA.Europe%2Fposts%2F10160519995730531&width=500


#10

Ben dis donc c’est pas tres glorieux de gagner avec 594 participants etalé sur une periode aussi longue et sur autant de chantiers…
Dire que certains trails days a Squamish attirent plus de 80 personnes juste pour une journée… Et y en a pas qu’un par an de trail days…
:roll_eyes:
On a encore du chemin a faire en France (au sens propre comme au figuré).


#11

Les zones sont encore à étendre ici… Chez moi, un groupe est arrivé vite à 30 personnes, ce qui faisaient trop de monde et c’était ingérable.
Après la période, c’était juste 2 week-end, donc 4 jours.
Mais c’est bien pour ça que la MBF et l’IMBA existe : pour motiver les gens et faire savoir que ça existe !


#12

il ne tient qu’à nous de nous impliquer !


#13

Je passe mon hiver à creuser et couper du bois sur les sentiers moi :slight_smile:


#14

Ca passerait assez mal comme image “grand public” par chez moi… surtout creuser des sentiers. Ici on peut pas faire ce qu’on veut.
Couper du bois… c’est toléré avec une scie, si le tronc fait moins que le diamètre d’un point. ET à ne surtout pas faire dans les zones de réserve naturelle… même si l’arbre est tombé sur le sentier, c’est interdit.

Donc je préfère ne pas créer de sentier et entretenir les “petits” trucs.

A la limite, ramasser les déchets et faire une belle photo, ça passe mieux auprès des randonneurs et des “autorités”


#15

Oui toute la limite se situe entre entretenir des sentiers (comprendre des sentiers pour tous, piétons, vtt …) et créer des “pistes” pour le VTT.
Ici le coin de forêt où a lieu la coupe de Lorraine de VTT est devenu un gruyère de sentiers, chaque année s’en développe un paquet de nouveaux : pour le VTT, balises retirées ça n’a plus réellement d’intérêt tellement il est difficile de s’y retrouver, pour les piétons idem, aucune logique de déplacement, et sur le fond la forêt n’est pas juste un terrain de jeu pour les vttistes. Accessoirement, cette année, un single nouveau passe en plein milieu d’un de mes ronds de Tricholome de la St Georges :-/

Pour être accepté par les non vttistes, les travaux menés doivent, à mon avis, entretenir des sentiers répondant à une logique de parcours, de promenade, de rando ou revêtir un côté historique.


#16

Je suis en train de pas mal ecouter et lire le chemin parcouru au Canada et aux US concernant la problematique des sentiers et du VTT en general.
D’ailleurs je conseille cette serie de Podcast réalisés par Brent Hiller qui est le community manager pour Trailforks et Pinkbike.

Bref, que l’on veuille ou non, nous avons 20 ans de retard sur ce qui se passe au Canada. Depuis que je vais la bas, je vois l’evolution la bas et je vois l’evolution en France. Et bien globalement a plus de 90% nous prenons le meme chemin. Aussi bien dans le type de pratique, que la facon de creer les chemins ou la facon d’exploiter les bike parks.
Meme la bas, ou enormement de secteurs sont maintenant maintenus par de strails associations de facon legale, il est tres rare qu’un trail apparaisse de facon legale au debut. (Ca arrive maintenant dans les zones tres organisés comme squamish, Whistler ou le North Shore mais ca reste l’exception).
En general c’est plutot des gars qui vont ouvrir un sentier dans la foret sans autorisations speciales et ensuite le trail est incorporé plusieurs années aprés dans le giron des sentiers “officiels”.

Se faire accepter sur un sentier qui existe deja et qui est utilisé par les randonneurs depuis des lustres est forcement plus difficile. On est le nouvel intrus que tout le monde va vouloir mettre dehors.
En revanche legaliser un sentier qui a ete ouvert par les VTTistes pour le VTT est plus facile a faire accepter. Etant les “premiers” a l’avoir utilisé et en etant les createurs du sentier donne de fait plus de poids au VTTiste qu’au randonneur qui voudrait alors utiliser un sentier qui “appartient” a quelqu’un d’autre.

De plus, le sentier crée pour le VTT est general pas fait pour la marche et n’est donc pas specialement fun pour les marcheurs. Le laps de temps existant entre le roulage par les VTTistes de ce sentier et le moment ou d’eventuels marcheurs voudrait l’utiliser (ca peut prendre plusieurs mois ou quelques années avant que ce soit connu par le milieu des non initiés) suffit en general pour que le sentier soit “labelisé” VTT dans l’inconscient des gens.

Autre chose, lorsque l’on crée une zone tres dense en terme de sentier, il est plus facile a faire accepter a posteriori aux autorites que cette zone est un haut lieu de pratique du VTT avec de nombreux participants. plutot simplement que d’aller se battre sur un sentier perdu au milieu de la montagne tout seul. Et plus tu as de sentiers, moins tu as de passage par jour sur un sentier donné. La dilution, ca permet bcp de reduire les conflits avec d’autres usagers.


#17

Y’a un point important mais peut être négligé par chez toi, c’est qu’on n’a pas le droit de tracer un sentier dans la forêt (publique) comme ça juste par envie.

C’est l’ONF qui gère les forêts et au travers elles faune et flore.


#18

C’est la meme chose au Canada. Ca s’appelle pas ONF mais Canadian Forestry Service.
La clé, c’est le nombre. Si il y a bcp de VTTiste, tu crées de facto un lobby et tu peux te mettre a discuter avec les instances gestionnaires.


#19

Oui mais à condition que ce nombre soit composé de personnes organisées et responsables, pour pouvoir se faire entendre correctement, parce qu’en face, il y a les randonneurs et les chasseurs, plus nombreux et déjà organisés. D’où la MBF :wink: .
Après la question de faire avant de discuter, ou discuter avant de faire… ben… ça se discute… Et ça peut-être au cas par cas aussi.

Exemple :


#20

Et pas plus en terrain privé sans autorisation.