Strava VTTNet


#301

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais l’article date de 2014.
A l’échelle des applications phares pour ordinphones, autant dire perpette.

Pour ma part je n’ai plus regardé mes classements strava depuis je ne sais plus quand.
Strava c’est pour moi tout d’abord un moyen très facile d’avoir une référence un tout peu objective de mes sorties.
De pouvoir revenir sur une trace dont je voudrais me souvenir ou refaire.
Puis, c’est un moyen finalement très simple et pratique de partager ses sorties.
Le concours de quequettes, de toute manière, pour moi c’est même plus la peine d’y songer.

Le weekend dernier dans les Vosges, j’ai quand même remarqué que l’approche de toutes les épingles de la fin de la macademy avaient été aménagées avec des barrières en bois. Visiblement elles ont été installées pour décourager les randonneurs de couper les épingles. Et je me suis fait la réflexion qu’il fallait y voir un effet Strava. D’ailleurs le segment semble effectivement prisé. Moins de 5 min pour les moins lents.

Bref Strava a sans doute un effet catalyseur pour ceux qui veulent en découdre.
Et il en reste d’autres pour qui n’ont pas ces objectifs.

PS: A propos de la macademy, je dis ça je dis rien, mais sur les vidéo de Pierre on en voit qui font les gorets dans les épingles.


#302

A mon avis, les VTTistes et piétons coupaient les épingles bien avant strava…


#303

Pour ma part, je prenais déjà des risques dans des singles en descente avant strava.
Par contre, j’aime pas la route! Donc je fais pas le fangio à Paris.


#304

il faisait du vélo Fangio ?

Notez que concernant Strava j’ai écrit "effet catalyseur’.
Ce qui sous entend que les kékés l’étaient déjà avant Strava.
Ils le seraient juste devenus un peu plus :wink:


#305

Ben oui Strava permet de se tirer la bourre avec des gens que l’on ne rencontre jamais, donc potentiellement avec bien plus de monde qu’avant.

Faut avouer que des segments en pleine ville … c’est un peu n’imp.


#306

Pour celui qui n’a que ça sous le coud… pédale, cela reste une opportunité.


#307

C’est sûr. C’est au danger pour les autres usagers de la ville que je pensais en écrivant ça.


#308

Dans les chemins également il y as du danger à vouloir récupérer des KOM :crown:
je me suis fait la réflexion lors d’une ballade sur mon terrain de jeux habituel où je ne croise quasi jamais personne et ce jour là 3 ou 4 quads (adultes et enfants sans casque…) je me suis dit : si un gars se tape une bourre la En vtt ça peut claquer sévère :flushed: avec des randonneurs également :pensive:


#309

Mais dans une autre proportion : il y a largement plus de risques/dangers en ville : sol dur, trottoirs, poteaux, bandes blanches glissantes, piétons, voitures, gasoil sur la chaussée etc etc …


#310

Aie ouille… sol dur…
Sans compter que pour récupérer des. KOM en ville des trucs que certains ont eut lors de courses avec route fermée faut déjà saquer :flushed:
Mon utilisation de strava pour de la ballade/rando touristique me conviens bien :grin:


#311

Concernant le calcul du dénivelé, il me semble que Cyril avait dit que Strava recalculait le dénivelé d’une sortie je suppose en fonction d’une base altimètrique.
Or je constate à l’usage , il n’en ai rien : un GPS sans capteur baromètrique voit son calcul de dénivelé dériver.
Normal puisque le GPS ajoute toutes les erreurs de mesure d’altitude, ce qui finit par être significatif.
(A la différence du baromètre qui a une erreur absolue due à la météo mais qui ne gêne pas sur un calcul de dénivelé )
Bref Strava me sort systématiquement 30% de dénivelé en plus.

J’ai pu le vérifier lors de la sortie avec Séb.


#312

ça ne gêne pas… si la météo ne change pas en cours de sortie ! mais en cas d’orage ou autre joyeuseté du genre, beu le d+/d- seront faux


#313

C’est pour ça qu’il faut les 2: GPS +baromètre dans le même appareil.
Normalement les variations meteo de pression sont beaucoup plus lentes qu’une variation de pression due à l’altitude. (À moins de traverser un ouragan ce qui n’arrive pas souvent en vtt)

Un bon récepteur GPS saura faire la différence et de plus il doit recalibrer l’altitude régulièrement lorsque la précision est bonne.

N’empêche que l’erreur d’altitude faite par un baromètre il ne la fait qu’une fois : donc une erreur de 100m max à la journée sur le dénivelé.
Alors qu’un GPS pur fera autant de fois d’erreurs que de mesures ce qui peut faire beaucoup en fin de balades


#314

un orage, ce n’est pas un ouragan mais c’est quand même une variation rapide de pression. C’est sur ce principe que ma vieille sunto de montagne prévient un changement météo “critique”.
Si tu te déplace et qu’il y a une variation de pression, elle prend ça pour du d+/d-
Si t’es immobile et qu’il y a une grosse variation de pression, elle bip pour te prévenir que ça sent mauvais… utile en bivouac la nuit pour avoir le temps de se mettre en sécurité


#315

Sur Strava, il y a une fonction de recalcul des deniv, qui en général, revoit à la baisse le résultat.


#316

Etrange, par rapport à mon Garmin 520, c’est systématiquement à la hausse le recalcul Strava. De 10 à 20% à la hausse même…


#317

Mon garmin 520 sous-estime par rapport à des amis faisant même parcours… mon 810 est bien plus juste comparé à ce qui est fait.


#318

Pas trouvé cette option

Disons que si le signal GPS est mauvais et que la pente est raide (c’est souvent lié), une erreur horizontale provoquera une erreur au niveau du recalcul.
Ex si ta trace coupe par erreur 6 courbes de niveau (en équidistance 10m) ca comptera comme 60m de d+.

Mais bon ça c’est vrai lorsque on est sur des sentiers en balcon qui traversent une pente raide.


#319

Tu cliques sur la clé plate et choisis le dernier choix “Rafraîchir les performances pour cette activité”


#320

Tu es certain que les modèles altimétriques se basent sur le profil des courbes de niveau ?
Il me semblait que c’était plutôt fondé sur des dalles de dimension plus ou moins précises positionnées à une altitude moyenne.