velotaf


#21

Aujourd’hui j’ai pris un vélo qui n’a pas de porte bagage (un peu galère pour trimbaler la sacoche du pc en bandoulière), des gros pneus de 2.4" , cuissard maillot sandwich dans le sac à dos et chaussures de ville sur le cintre…
Il fait super beau.
Faut​ juste espérer que je puisse m’eclipser à midi pour aller rouler.


#22

T’as déjà essayé de mettre une roue de fat dans un 26" ou une roue de 27+ dans un 27.5"?
Bah là c’est pareil.
La roue montée 622 standard (ville/vtc) doit être en 19mm. Et d’après les tableaux de correspondance ça fait des pneus entre 28mm et 62mm.
Un pneu de 28mm ne passe pas dans mon velotaf (maxi 23mm)
Je ne peux mettre que des jantes de 15mm (ou 13)


#23

J’y peux rien moi si t’as un vélo de tafiole :smiley:


#24

En tout cas je remarque un truc c’est qu’au bout de qq semaines j’arrive de nouveau à passer sous l’heure, donc 25km/h de moyenne, c’est à dire la vitesse d’un vae légal.
Je dois pouvoir encore gagner 2-3 minutes avec de l’entrainement mais guère plus.
Si voulais mettre moins de temps c’est spad de route et une organisation logistique compliquée qui me déplait car je fonctionne à l’instinct (j’aime pas devoir organiser ce genre de trajets à l’avance)

Par rapport à l’électrique, l’intérêt que je vois, c’est de garder la même liberté que le vélo, sans le côté chronophage du trajet en velo (1h) tout en limitant la fatigue accumulée, tout en évitant de rentrer dans des optimisations prises de tête.

Mais ça reste un projet. J’ai touché 2 mots à Mme sur la possibilité de remplacer la 2e voiture (sa veille 206 mazout critR 4) par un spadelec “et tu fais comment pour transporter les enfants avec le spadelec ?” “Et ben celui qui ne transporte pas les enfants prends le spadelec” bref j’ai pas encore réussi à la convaincre


#25

Dis donc toi… Tu ne serais pas en train de nous dire que tu vas acheter un VAE qui te servira à autre chose que le vélotaf…genre le VTT, dis ? C’est bien ça que tu es entrain dire ??? Espèce de tafiole nucléarisé !

Fab’


#26

Certainement pas.


#27

Tu sais ce qu’elle te dit la tafiole nucléarisée ? :mrgreen:


#28

Non, et on voudrait bien savoir :laughing:


#29

En effet ton installation ne parait pas être évidente !


#30

Mais tu n’es pas nucléarisé toi !?! Toi, tu te meus à l’énergie éolienne, à l’énergie hydro-électrique, à l’énergie solaire, à l’énergie pédestre. Ca n’a rien à voir avec ce fourbe de Brup qui nous fait croire qu’il va acheter un VAE pour aller tafer mais qui va venir avec au BugeyNet !

Fab’
:mrgreen:


#31

À la limite si je veux faire une balade en montagne à pied (sans porter le vélo), je pourrais faire l’approche en vae (au lieu de prendre la voiture), mais si le but c’est de faire du vélo, je fais du vélo, pas besoin d’un moteur


#32

T’as raison, le meilleur moteur, c’est les guibolles !!!


#33

Salut les aminches,

Ça faisait des lustres que je n’étais pas passé vous faire un coucou sur le forum, et que je n’avais plus donné de nouvelles.

Je profite du sujet vélotaf pour partager le “portrait de vélotaffeur” que viennent de publier deux associations liées à la communauté de vélotaffeurs de sophia-antipolis : asso-choisir.org/portrait-du … -13-serge/
Je me suis dit que c’était l’occasion de vous montrer quelques photos de mon trajet. J’en avais proposé d’autres le mois dernier à l’auteur de l’article, qui m’avait demandé d’en prendre un max : goo.gl/photos/AunbYUdzCVijBVYa7

Pour contribuer un peu à la discussion en cours sur le VAE : quand j’ai déménagé en 2013 au Bar Sur Loup, j’ai vite compris que les trajets me paraissaient longs, surtout au retour l’hiver quand il fait nuit et que les montées interminables se font à 3 km/h. J’avais alors pris mon temps pour tester divers VAE. Mon expérience avec des moteurs-moyeux m’a convaincu que c’était anti-mécanique, et que seul le moteur-pédalier avait un intérêt (sauf peut-être pour les vélos-sacoches dans les villes avec peu de dénivelé).

Le VTTAE ne me set qu’au vélotaf, ça permet de prendre quelques sentiers, tout en réduisant le temps de trajet, surtout si j’envoie des watts avec mes jambes. Mais ça n’est pas joueur du tout. Même les modèles bien suspendus ont ce défaut de mauvaise répartition du poids.
Ça ne me viendrait pas à l’idée de prendre le VTTAE pour mes loisirs. Pour ça j’ai toujours mon Santa Cruz Nomad de 2005 auquel j’ai offert de nouvelles roues, fourche, freins, axes et roulements, et je me fais toujours autant plaisir avec dans les sentiers azuréens.

La bise à toutes et tous,

Serge


#34

Dites, je suis bien content, comme tout le monde, de voir Sergio débarquer sur le forum et je partage l’enthousiame trolesque ambiant.
Mais on est vachement hors sujet.

Note du modérateur tout puissant: Du coup la fête du retour de Sergio est déplacée dans un topic dédié ou l’on pourra troler à loisirs


#35

Il ne t’aura pas échappé que j’ai choisi ce topic pour causer de vélotaf et de VTTAE.
Manque de pot, personne ne l’a remarqué.

C’est ballot : ça faisait longtemps que je m’étais promis de vous faire partager quelques photos de mes trajets de vélotaffeur depuis que j’ai rejoint une région qui - de prime abord, de par son relief et ses dangereux chauffards - s’y prête moins que la capitale.

Serge


#36

Je plussoie sur la région : pour avoir passé qqs jours là-bas, la circulation automobile est parfaitement anarchique (tout comme l’urbanisme d’ailleurs) : les automobilistes sont super agressifs, bien plus qu’ailleurs. Rouler là-dedans à vélo, faut oser :exclamation:
Et si j’y faisais de la moto, j’aurai un échappement bien bruyant pour augmenter mes chances d’être repéré.


#37

S’imposer à vélo sur la chaussée et choisir ses itinéraires aux heures de vélotaf, ça s’apprend.
Je choisis autant que possible mes trajets (j’ai heureusement pas mal d’options) sur des portions résidentielles, semi-urbaines, ou forestières ; voire les quelques pistes cyclables du coin.

L’inconvénient est que ces trajets alternatifs sont empruntés par des automobilistes qui cherchent à éviter les bouchons, et à se convaincre qu’ils sont plus malins que les autres, donc ils ne doivent pas perdre de temps derrière un vélo : c’est ce qu’on appelle par ici l’effet raccourci.
Ces voies sont généralement étroites, les autos s’y croisent difficilement, et il n’y a pas la place de dépasser un vélo en respectant un écart de sécurité.

On remarque tout de suite quelle automobile fait partie du trafic local (les riverains y roulent plus calmement, ils viennent de démarrer ou s’apprêtent à s’arrêter, et ils sont connus dans le quartier), ou qui y fait du transit “de raccourci” en mode conduite sportive.
Si par malheur tu bouchonnes une auto “en raccourci”, celle-ci va chercher par tous les moyens à ne pas perdre une seconde, quitte à forcer le passage et te foutre dans le fossé.
Pour éviter ça, il faut rouler au milieu de la voie jusqu’à une zone où l’on peut se faire dépasser en sécurité, et laisser l’autre s’énerver sur son klaxon et son accélérateur. Ça finit parfois en altercation, mais c’est toujours mieux que se faire faucher.

Il faut aussi s’habituer aux altercations avec les automobilistes, j’en ai eu une pas plus tard qu’hier soir sur mon trajet retour : une idiote qui m’a fait l’intérieur dans un rond-point et dont le rétroviseur m’a frôlé la main, que j’ai rattrapée cent mètres plus loin dans le bouchon.

La course à celui qui sera le plus bruyant ne résout rien, ce n’est rien d’autre qu’un concours de bites, et ça emmerde tout le monde. Un conducteur ou un motard n’a pas besoin de faire plus de bruit que les autres : c’est à tout le monde d’être vigilant, voilà tout. À la rigueur, un klaxon puissant pour les cas d’urgence, pourquoi pas ; mais les pots d’échappement trafiqués pour faire plus de bruit, c’est une nuisance, c’est égoïste, et c’est absurde.

Heureusement, en vélotaf la question ne se pose pas : on est silencieux, et on fait avec.


#38

C’est rigolo ces différences de conduite. Effectivement dans le sud, on repère directement 3 types de conducteurs : les locaux (qui roulent bien), les Parisiens (qui croient que toute la route est à eux et t’engueulent si c’est pas le cas), et les Lyonnais (qui croient que toute la route est à eux, mais qui sont cools et qui comprennent pas pourquoi ils se font klaxonner alors qu’ils cherchent leur route à cheval sur deux voies à 10km/h). :slight_smile:

(je rigole, je rigole, ma femme est Lyonnaise. Mais j’évite de la laisser conduire :stuck_out_tongue:)

Je sais pas ailleurs, mais effectivement faire du vélo sur la route me parait sacrément dangereux et pas bien compatible avec les conducteurs anarchiques du sud. Toutes mes connaissances qui font de la route se sont fait mettre au tas à cause d’une voiture au moins une fois.


#39

Le pire pour moi c’est de Juin a fin Septembre: Le Hollandais et le Belge…
Dés que y a un virage, ca avance pas, mais vraiment pas et dés que y a un bout droit ou on peux doubler, ca accelere a toc pour nous eviter de depasser.

Et le pire du pire => c’est le Hollandais avec un camping car… La c’est juste une incitation a changer de route pour prendre un raccourci.

Quand je monte a la mouliere entre Figanieres et Comps (apres ils partent dans les gorges du verdon), c’est juste l’horreur quand on se retrouve coincé derriere.


#40

C’est normal que toute tentative de discussion sur le vélotaf dévie immédiatement sur du hors-sujet ? C’est pareil sur tous les sujets ? ;-p